Centrales solaires spatiales

 
Catégorie : "Recherche",
 19 Novembre 2007

Centrales solaires spatiales
Commanditaire : ESA
Chercheurs : Laurent Crapart et Elisabeth Marescaux
Responsable de la recherche : Philippe Achilléas
Résultats : remise d'un rapport, présentation publique des résultats à l'ESA et au 54ème Congrès International d'Astronautique

Les agences spatiales de plusieurs Etats (notamment la NASA, la NASDA et l'ESA) poursuivent actuellement des projets de centrales spatiales solaires (généralement désignées par l'acronyme SPS - Solar Power Sources). Il s'agit de satellites qui, lorsque la technique permettra leur développement, permettront le transfert sur terre d'énergie solaire captée par satellite, sous forme de micro-ondes ou de laser, qui seraient ensuite retransformés en énergie électrique. Cette technique est présentée comme une solution future de rechange pour remédier aux problèmes liés à l'alimentation en énergie de la planète. Plusieurs aspects juridiques devront être pris en compte pour le développement des SPS. Il faudra notamment que des positions orbitales sur l'orbite géostationnaire et des fréquences soient allouées par l'Union Internationale des Télécommunications (UIT) pour éviter des brouillages avec les services existants, ce qui impliquera de démontrer leur viabilité économique conformément à l'article 44.2 de la constitution de l'organisation internationale. Il faudra en outre que les règles de sécurité applicables en matière de densité des ondes, fixées par les autorités nationales compétentes, soient respectées. Concernant le droit de l'espace, la mise en oeuvre de SPS pourrait enfin se heurter aux principes relatifs à l'exploitation des ressources spatiales tels qu'ils ressortent du Traité sur l'espace de 1967 et de l'Accord sur la Lune et les autres corps célestes de 1979, et notamment aux principes de non-appropriation et de patrimoine commun de l'Humanité, puisqu'il est aussi prévu que des SPS puissent fonctionner aux moyens de ressources lunaires. Dans le cadre d'un contrat de recherche passé entre l'ESA et l'IDEST, un groupe d'étude associant Elisabeth Marescaux et Laurent Crapart a été constitué autour de ces aspects juridiques applicables aux SPS, qui devra rendre ses conclusions en mai 2003 à l'ESTEC (Pays-Bas).