Paroles d'anciens

 
Catégorie : "Actualités",
 08 Août 2013

Flora Camus (promotion Eutelsat) - Groupe France Télécom

1) Quel est votre métier aujourd’hui ?

Je travaille actuellement à la direction juridique concurrence et réglementation de France Télécom, dans le département « marchés de gros ». Je m’occupe de problématiques liées à la réglementation de la fibre optique et à l’accès au génie civil de France Télécom. J’ai la chance de travailler sur des questions relatives à la mise en place d’un nouveau réseau, de suivre de nouvelles problématiques et de participer à la mise en œuvre d’une nouvelle réglementation. Mon travail consiste à veiller à la conformité à la réglementation en vigueur des projets de déploiements en fibre optique réalisés par le groupe. Je participe également à défendre les intérêts de l’entreprise devant l’ARCEP ou l’Autorité de la concurrence.

 

2) Quel a été votre parcours depuis la fin du Master ?

J’ai réalisé mon stage de fin d’étude à l’ANFR (9 mois dont 3 en CDD) où j’ai travaillé sur le paquet télécom 2009, notamment son impact sur la régulation du spectre. J’ai ensuite eu l’occasion d’effectuer un CDD de 3 mois à la DJ concurrence de France Télécom, puis de travailler un an et demi à la Direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services (DGCIS) placée auprès du Ministère de l’économie, où j’ai pu contribuer à la transposition du paquet télécom de 2009. Ce fut très intéressant, en tant que juriste, de participer à l’écriture d’un projet de loi et de projets de décret et de voir concrètement comment fonctionnent les procédures d’adoption des textes législatifs et réglementaires et les relations entre les acteurs concernés. Mon poste comprenant également un volet européen, j’ai notamment pu participer à des discussions et des négociations avec tous les Etats européens et la Commission sur la mise en œuvre du cadre réglementaire européen des communications électroniques. J’ai ensuite rejoint le groupe France Télécom en janvier 2011.

 

3) Que vous a apporté le Master ?

Tout d’abord, j’ai trouvé que les cours étaient de très bonne qualité, en particulier parce qu’ils étaient dispensés en majorité par des professionnels du secteur, ce qui ajoute un aspect concret au cours et nous permet d’avoir un premier contact avec le milieu professionnel. J’ai pu bénéficier de la qualité exceptionnelle du réseau, qui nous permet de disposer de premiers contacts avec le monde professionnel dès la fin du Master, ce qui est assez rare. L’occasion de croiser d’anciens étudiants dans le cadre de la vie professionnelle montre que la formation est vraiment bien adaptée au secteur.

 

4) Quels sont aujourd’hui vos souhaits et objectifs professionnels ?

À ce stade, je suis très contente dans mon poste actuel. Les dossiers que je traite sont complexes et variés. À l’avenir, je souhaiterais rester dans le groupe France Télécom, qui offre beaucoup d’opportunités aux juristes. En effet, l’entreprise compte de nombreux services juridiques spécialisés ce qui peut permettre de changer de périmètre d’activité tout en restant dans la même entreprise.

 

5) Avez-vous des suggestions pour améliorer le Master, l’IDEST ou le réseau d’anciens ?

Ma seule suggestion serait d’introduire un cours plus technique dans le parcours « communications électroniques » sur les architectures de réseau. Cela permettrait de se faire une idée plus précise, par exemple, de ce qu’est le dégroupage, de comprendre l’architecture d’un réseau en fibre optique ou encore de savoir comment fonctionne un réseau mobile. Ces connaissances sont en effet essentielles au travail d’un juriste dans un secteur aussi technique que celui des communications électroniques.

 

6) Quel est votre meilleur souvenir lié au Master ?

Le parrain de notre promotion était Eutelsat. Il offrait au major un voyage à Kourou pour assister au lancement d’une fusée Ariane V. J’ai eu la chance de recevoir ce cadeau et ce fut une expérience extraordinaire. Je profite de l’occasion présente pour renouveler mes remerciements à cette entreprise.


Anaïs Magloff (promotion Orange) - Groupe France Télécom

1) Quel est votre métier aujourd’hui ?

Je travaille à la direction juridique affaire internationale du groupe France Télécom, je m’occupe principalement de questions liées à la gouvernance et au droit des sociétés dans les régions de la zone WECA (Afrique de l'Ouest et Afrique Centrale) où j’ai d’ailleurs eu l’opportunité de me rendre. Les problématiques qui se posent sont assez variées, telle que le déploiement de programmes d’aide à certaines populations avec le développement de « mobile money » en passant par l’arrivée de la 3G dans ces pays.

 

2) Quel a été votre parcours depuis la fin du Master ?

J’ai effectué mon stage de fin d’étude au pôle contentieux de la DJ concurrence de France Télécom (4 mois), ce qui m’a permis de participer à des réunions à l’ARCEP et au Conseil d’Etat. J’ai ensuite réalisé un stage chez Gide (un an dont CDD), où j’ai acquis une expérience très différente de celle de l’entreprise. J’ai majoritairement travaillé sur des questions réglementaires telles que des problématiques relatives à l’interconnexion ou la mise en place de la nouvelle réglementation au Cap Vert. Enfin j’ai travaillé dans une SSII filiale de France Télécom (Sofrecom 3 ans) spécialisé dans le conseil en entreprise (télécom) où j’étais chargé de mission très variés et où j’ai vraiment apprécié faire partie intégrante du processus de décision.

 

3) Que vous a apporté le Master ?

Le succès du Master réside dans son côté très professionnalisant, il permet de trouver du travail très rapidement et dispose d’un réseau d’ancien très fort. Le Master m’a permis de participer pour la première fois de prendre part un processus de création de normes internationales avec notre participation au sommet SMSI en Grèce, où pour la première fois la société civile a pu participer. C’est la première fois qu’on nous fait confiance. Même si au début j’avais un peu d’appréhension, j’ai beaucoup appris et je me suis rendue compte que je pouvais également apporter une expertise, une compétence. Cette expérience m’a permis de me projeter dans mon futur métier, de comprendre ce que j’avais envie de faire. J’ai également pu rencontrer des gens fantastiques et des vrais amis.

 

4) Quels sont aujourd’hui vos souhaits et objectifs professionnels ?

Je viens de prendre mon poste, donc je vais continuer ce que je fais ! J’apprends encore beaucoup de choses, une nouvelle culture de travail, un nouveau droit (le Ohada). Mais je n’exclus pas la possibilité d’aller un jour travailler dans l’un de ces pays.

 

5) Avez-vous des suggestions pour améliorer le Master, l’IDEST ou le réseau d’anciens ?

Il pourrait être intéressant de créer un groupe privé pour que l’on puisse échanger de façon plus informelle (petit déjeuner, brunch). Continuer ce qui a été entrepris avec la création de l’annuaire des anciens et le book avec les CV des étudiants.

 

6) Quel est votre meilleur souvenir lié au Master ?

Je garde beaucoup de très bons souvenirs de mon année de Master, tout d’abord avec l’entretien à l’Agence Spatiale Européenne, ma remise de diplôme officialisant mon entrée dans le monde professionnel. Mais mon meilleur souvenir reste celui de mon voyage en Grèce et de notre participation au sommet SMSI.