Témoignages

 

Flora Camus : Groupe France Télécom
Anaïs Magloff : Groupe France Télécom
Anna Badurska : Astri Polska
Grégoire Fauquier : Ministère des affaires étrangères et européennes
Laurent Crapart : Bird & Bird
Romain Letouzey : Astrium Space Transportation (EADS)
Vincent Gougeon : ARCEP
Isabelle Arnold : Agence Spatiale Allemande (DLR)
Pauline Lebousse : Cabinet Hogan & Hartson MNP
Julia Kerscaven : Dassault-Aviation


Flora Camus (promotion Eutelsat) - Groupe France Télécom

1) Quel est votre métier aujourd’hui ?

Je travaille actuellement à la direction juridique concurrence et réglementation de France Télécom, dans le département « marchés de gros ». Je m’occupe de problématiques liées à la réglementation de la fibre optique et à l’accès au génie civil de France Télécom. J’ai la chance de travailler sur des questions relatives à la mise en place d’un nouveau réseau, de suivre de nouvelles problématiques et de participer à la mise en œuvre d’une nouvelle réglementation. Mon travail consiste à veiller à la conformité à la réglementation en vigueur des projets de déploiements en fibre optique réalisés par le groupe. Je participe également à défendre les intérêts de l’entreprise devant l’ARCEP ou l’Autorité de la concurrence.

 

2) Quel a été votre parcours depuis la fin du Master ?

J’ai réalisé mon stage de fin d’étude à l’ANFR (9 mois dont 3 en CDD) où j’ai travaillé sur le paquet télécom 2009, notamment son impact sur la régulation du spectre. J’ai ensuite eu l’occasion d’effectuer un CDD de 3 mois à la DJ concurrence de France Télécom, puis de travailler un an et demi à la Direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services (DGCIS) placée auprès du Ministère de l’économie, où j’ai pu contribuer à la transposition du paquet télécom de 2009. Ce fut très intéressant, en tant que juriste, de participer à l’écriture d’un projet de loi et de projets de décret et de voir concrètement comment fonctionnent les procédures d’adoption des textes législatifs et réglementaires et les relations entre les acteurs concernés. Mon poste comprenant également un volet européen, j’ai notamment pu participer à des discussions et des négociations avec tous les Etats européens et la Commission sur la mise en œuvre du cadre réglementaire européen des communications électroniques. J’ai ensuite rejoint le groupe France Télécom en janvier 2011.

 

3) Que vous a apporté le Master ?

Tout d’abord, j’ai trouvé que les cours étaient de très bonne qualité, en particulier parce qu’ils étaient dispensés en majorité par des professionnels du secteur, ce qui ajoute un aspect concret au cours et nous permet d’avoir un premier contact avec le milieu professionnel. J’ai pu bénéficier de la qualité exceptionnelle du réseau, qui nous permet de disposer de premiers contacts avec le monde professionnel dès la fin du Master, ce qui est assez rare. L’occasion de croiser d’anciens étudiants dans le cadre de la vie professionnelle montre que la formation est vraiment bien adaptée au secteur.

 

4) Quels sont aujourd’hui vos souhaits et objectifs professionnels ?

À ce stade, je suis très contente dans mon poste actuel. Les dossiers que je traite sont complexes et variés. À l’avenir, je souhaiterais rester dans le groupe France Télécom, qui offre beaucoup d’opportunités aux juristes. En effet, l’entreprise compte de nombreux services juridiques spécialisés ce qui peut permettre de changer de périmètre d’activité tout en restant dans la même entreprise.

 

5) Avez-vous des suggestions pour améliorer le Master, l’IDEST ou le réseau d’anciens ?

Ma seule suggestion serait d’introduire un cours plus technique dans le parcours « communications électroniques » sur les architectures de réseau. Cela permettrait de se faire une idée plus précise, par exemple, de ce qu’est le dégroupage, de comprendre l’architecture d’un réseau en fibre optique ou encore de savoir comment fonctionne un réseau mobile. Ces connaissances sont en effet essentielles au travail d’un juriste dans un secteur aussi technique que celui des communications électroniques.

 

6) Quel est votre meilleur souvenir lié au Master ?

Le parrain de notre promotion était Eutelsat. Il offrait au major un voyage à Kourou pour assister au lancement d’une fusée Ariane V. J’ai eu la chance de recevoir ce cadeau et ce fut une expérience extraordinaire. Je profite de l’occasion présente pour renouveler mes remerciements à cette entreprise.



Anaïs Magloff (promotion Orange) - Groupe France Télécom

1) Quel est votre métier aujourd’hui ?

Je travaille à la direction juridique affaire internationale du groupe France Télécom, je m’occupe principalement de questions liées à la gouvernance et au droit des sociétés dans les régions de la zone WECA (Afrique de l'Ouest et Afrique Centrale) où j’ai d’ailleurs eu l’opportunité de me rendre. Les problématiques qui se posent sont assez variées, telle que le déploiement de programmes d’aide à certaines populations avec le développement de « mobile money » en passant par l’arrivée de la 3G dans ces pays.

 

2) Quel a été votre parcours depuis la fin du Master ?

J’ai effectué mon stage de fin d’étude au pôle contentieux de la DJ concurrence de France Télécom (4 mois), ce qui m’a permis de participer à des réunions à l’ARCEP et au Conseil d’Etat. J’ai ensuite réalisé un stage chez Gide (un an dont CDD), où j’ai acquis une expérience très différente de celle de l’entreprise. J’ai majoritairement travaillé sur des questions réglementaires telles que des problématiques relatives à l’interconnexion ou la mise en place de la nouvelle réglementation au Cap Vert. Enfin j’ai travaillé dans une SSII filiale de France Télécom (Sofrecom 3 ans) spécialisé dans le conseil en entreprise (télécom) où j’étais chargé de mission très variés et où j’ai vraiment apprécié faire partie intégrante du processus de décision.

 

3) Que vous a apporté le Master ?

Le succès du Master réside dans son côté très professionnalisant, il permet de trouver du travail très rapidement et dispose d’un réseau d’ancien très fort. Le Master m’a permis de participer pour la première fois de prendre part un processus de création de normes internationales avec notre participation au sommet SMSI en Grèce, où pour la première fois la société civile a pu participer. C’est la première fois qu’on nous fait confiance. Même si au début j’avais un peu d’appréhension, j’ai beaucoup appris et je me suis rendue compte que je pouvais également apporter une expertise, une compétence. Cette expérience m’a permis de me projeter dans mon futur métier, de comprendre ce que j’avais envie de faire. J’ai également pu rencontrer des gens fantastiques et des vrais amis.

 

4) Quels sont aujourd’hui vos souhaits et objectifs professionnels ?

Je viens de prendre mon poste, donc je vais continuer ce que je fais ! J’apprends encore beaucoup de choses, une nouvelle culture de travail, un nouveau droit (le Ohada). Mais je n’exclus pas la possibilité d’aller un jour travailler dans l’un de ces pays.

 

5) Avez-vous des suggestions pour améliorer le Master, l’IDEST ou le réseau d’anciens ?

Il pourrait être intéressant de créer un groupe privé pour que l’on puisse échanger de façon plus informelle (petit déjeuner, brunch). Continuer ce qui a été entrepris avec la création de l’annuaire des anciens et le book avec les CV des étudiants.

 

6) Quel est votre meilleur souvenir lié au Master ?

Je garde beaucoup de très bons souvenirs de mon année de Master, tout d’abord avec l’entretien à l’Agence Spatiale Européenne, ma remise de diplôme officialisant mon entrée dans le monde professionnel. Mais mon meilleur souvenir reste celui de mon voyage en Grèce et de notre participation au sommet SMSI.


Anna Badurska, COO, Astri Polska

1. What does your current job consists in?
Since May 2010 I am the Chief Operational Officer of Astri Polska. Astri is a joint-venture created by European aerospace leader Astrium and Space Research Center of Polish Academy of Sciences. The company is based in Warsaw and is specialising in development of space technologies and applications. My job is to manage and to grow the company, so that it can develop its capacities to conduct a valuable research in space electronics, materials and photonics and to provide high-end space and integrated applications for end-users.

2. What has been your professional course since your degree?
I have been staying within space area eversince I graduated from IDEST/University Paris-Sud 11. I used to work for Polish Space Office and for a leading consulting company in space and defense area before joining Astrium's team more than 2 years ago.

3. What have been the benefits of the Master's degree?
IDEST Master was one of the most important experiences in my entire education career. Thanks to the unique profile of the studies we could have a "living"contact with many professionals from space community. This was an extremly interesting, inspiring and very practical experience and also a rare opportunity comparing to other Masters of this type. I remember numerous classes in ESA, Astrium, CNRS, CNES, Euroconsult and other institutions which provided us with an up to date knowlege, teoretical substance assesed from a practical point of view and unvaluable networking opportunities which enriched our future career perspectives.

4. What are your wishes and perspectives professionally speaking?
I wish that my company - Astri Polska - enjoyed a rapid but sustainble growth and became a key stakeholder in Polish space industry, and in future, an important player on the European scale. I wish that Astri develops its high-end expertise in several space technologies and to enlarge our 8-people staff by highly qualified and skillfull specialists in the upcoming year. We are looking forward to Polish membership in ESA, which could support this process.

5. What is the best memory you will keep from the master?
The best memory is the friendships that were set during this year in Paris. I met the most wonderful people ever, both the internationals and French. I remember also how helpful and friendy our French classmates used to be, and the wonderful atmosphere which was created by them and by the Master managing team.

 


 

Grégoire Fauquier (promotion MINEFI), Ministère des affaires étrangères et européennes

1. Quel est aujourd'hui votre métier ?
Je travaille actuellement au ministère des Affaires étrangères et européennes. Au sein de la direction générale de la mondialisation, au pôle technologies et secteurs stratégiques, je m’occupe du suivi de la politique spatiale européenne, plus particulièrement de GMES, mais aussi des relations de la France avec les pays de l’UE et les organisations internationales . Il s’agit principalement de faire valoir et de faire peser les points de vue du ministère sur ces questions stratégiques.

2. Quel a été votre parcours depuis la fin du Master ?
J’ai effectué mon stage de fin d’études à l’ARCEP, puis le CDD au MAEE.

3. Que vous a apporté le Master ?
Ce Master m’a donné les bases juridiques et des outils précieux pour appréhender les enjeux du spatial et comprendre le secteur des télécoms en mutation constante. Il est intéressant d’être confronté dans son activité professionnelle à des problématiques étudiées durant l’année ! Les apports des professionnels ont été déterminants, ainsi que les exercices réalisés en groupe ou individuellement.

En plus des savoirs, le Master m’a insufflé une culture juridique que je ne possédais pas et a affermi ma rigueur dans le raisonnement et la présentation des faits.

4. Quels sont aujourd'hui vos souhaits et perspectives professionnelles ?
Pour l’instant, je suis en contrat pour deux ans au ministère, avec la possibilité de prolonger. Passer le concours du ministère est une option à laquelle je pense. Pourquoi aussi ne pas repartir à l’étranger (Russie), ou travailler dans le secteur du lobbying ?… les perspectives sont larges !

5. Avez-vous des suggestions pour améliorer le Master, l'IDEST ou le réseau d'anciens ?
La plaquette va, semble-t-il, subir quelques modifications pour la promo 2010-11, avec une orientation « aéronautique » grâce à notre partenariat avec Sup’Aéro. C’est une bonne chose, qui va élargir notre réseau et les perspectives. Peut-être faudrait-il inculquer quelques bases de gestion ou de management dans le cursus ? Aussi, je pense qu’il faudrait renforcer les enseignements de Madame Ravillon, notamment sur l’articulation des contrats spatiaux, même si les sources sont difficilement trouvables.

Enfin, il serait souhaitable que les résultats des examens soient communiqués plus tôt. Cela peut poser des problèmes, notamment dans les administrations où la grille salariale est fonction des diplômes…

Concernant le réseau, il dépend beaucoup de la volonté de ceux qui veulent l’entretenir et le renforcer. Je sais que notre promo est très attachée à cet outil. Reste le lien avec les anciennes et futures promos. Si tout le monde remplissait son profil sur le site de l’IDEST, cela constituerait déjà un premier pas !

6. Quel est votre meilleur souvenir lié au Master ?
Je n’ai pas de « meilleur » souvenir à proprement parler. Cette année est passée très vite et a été riche en événements mémorables (journées d’intégration à EuroDisney, visites Orange à Toulon et à Levallois…). Mais la visite des organisations internationales à Genève restera je pense un grand moment dans les mémoires du DAST. Les conditions matérielles liées au logement n’ont pas entamé notre cohésion et l’ont même amplifiée !

Je tiens ici à remercier vraiment chaleureusement toute la promo 2008-2009. Éclectique de part l’origine géographique des élèves, mais aussi des parcours (je ne suis pas un juriste à la base !), nous avons trouvé la formule pour cimenter un groupe et j’espère que cela perdurera.


 

Laurent Crapart (Promotion CNES), Bird & Bird

1. Quel est aujourd'hui votre métier?
Je suis avocat chez Bird&Bird.

2. Quel a été votre parcours depuis la fin du Master?
Je suis rentré en stage chez Bird & Bird dès la sortie du Master, fin 2003, où j'ai été embauché en qualité de juriste, puis d'avocat. J'ai également rédigé une thèse de doctorat entre 2004 et 2007, que j'ai soutenue en novembre 2007, relative au programme Galileo.

3. Que vous a apporté le master?
Une formation très spécialisée dans 2 secteurs d'activités : les télécoms et le spatial, et un réseau professionnel.

4. Quels sont aujourd'hui vos souhaits et perspectives professionnelles?
Je souhaite poursuivre mon activité d'avocat, et autant que possible développer une activité dans le secteur spatial.

5. Avez vous des suggestions pour améliorer le master, l'IDEST ou le réseau d'anciens?
Non, je n’ai pas de suggestions.

6. Quel est votre meilleur souvenir lié au Master?
Probablement les 15 jours passés à Houston, à l'occasion du Congrès annuel de l'IAF.


Romain Letouzey (Promotion Orange), Astrium Space Transportation (EADS)

 

1- Votre fonction / métier aujourd'hui :
Depuis le mois d’août 2008, je travaille pour Astrium Space Transportation (filiale du groupe EADS et maître d’œuvre du lanceur européen Ariane) au sein de l’équipe « Strategy & Market Development ». A ce titre, je suis notamment chargé de diverses tâches liées aux relations entretenues par la société avec ses partenaires et ses clients, et notamment l’Agence Spatiale Européenne (ESA).

 
2- Votre parcours depuis le master :
Après avoir effectué mon stage de fin de master au sein d’Astrium Services (département « Satellite Navigation »), on m’a proposé de conclure un CDD de 6 mois supplémentaires afin d’achever les missions dont j’avais été chargé au cours du stage – principalement du support juridique lié au programme Galileo.

C’est peu après la fin de ce contrat que j’ai eu l’opportunité d’évoluer au sein d’Astrium et d’intégrer mon poste actuel.

3- Ce que le master vous a apporté :
Le milieu du spatial présente – notamment – deux grandes caractéristiques : c’est d’une part un domaine d’activité extrêmement riche et complexe, et d’autre part un milieu professionnel relativement peu étendu. Or, pendant le master, j’ai pu à la fois suivre des cours et exposés théoriques variés et pluridisciplinaires (acteurs et marchés, environnement juridique, introduction aux techniques spatiales…) et rencontrer de nombreux professionnels du secteur dans leur environnement de travail (locaux du CNES, de l’ESA, d’Arianespace, d’Eutelsat…), ce qui a facilité à la fois mon intégration professionnelle au sein d’Astrium et la prise en main de plusieurs dossiers dont j’ai eu à m’occuper.
 
4- Vos suggestions sur le master, l'IDEST ou le réseau d'anciens :
Le master doit poursuivre ses efforts pour favoriser l’intégration rapide des étudiants dans le milieu professionnel. Multiplier les rencontres entre étudiants et professionnels (cours & séminaires, rencontres de type « petits-déjeuners » ou participation à des conférences publiques, si cela est faisable) me semble fondamental. Au niveau des enseignements, un module très concret de perfectionnement en bureautique, et notamment en Excel, pourrait certainement être utile aux étudiants, de même qu’un cours d’introduction à l’économie industrielle et à la finance.
 
5- Vos souhaits et vos perspectives professionnelles aujourd'hui :
Tout simplement continuer à en apprendre davantage sur ce domaine fascinant et avoir l’opportunité de m’impliquer dans les grands projets nationaux et européens qui feront le spatial de demain.
 
6- Votre meilleur souvenir lié au master :
Sans aucun doute le voyage que j’ai effectué en Grèce en compagnie de deux autres étudiants, à l’occasion du premier forum mondial sur la Gouvernance de l’Internet (IGF) organisé sous l’égide de l’ONU à Athènes. La participation aux débats et groupes de travail de l'IGF mais également les échanges que nous avons pu avoir sur place avec d’autres étudiants, notamment grecs, furent extrêmement enrichissants.
 

 

Vincent Gougeon (Promotion ESA), ARCEP

 
1- Votre fonction / métier aujourd'hui :

Je suis chargé de mission au service juridique de l'ARCEP. Mon poste me permet de collaborer et de travailler en étroite collaboration avec les autres services de l'Autorité en leur apportant une assistance et des conseils juridiques.

 
2- Votre parcours depuis le master :
A la fin du DESS, j'ai rejoint le service juridique de l'Autorité en tant que stagiaire avant d'être embauché en tant que chargé de mission.
 
3- Ce que le master vous a apporté :
La formation m' a apporté une spécialisation juridique de qualité dans le domaine des communications électroniques au contact notamment de professionnels du secteur, mais également une culture technique et une approche des problématiques politiques intéressante. Ces enseignements m'ont permis d'appréhender au mieux les dossiers qui m'ont été confiés, notamment au cours de ma période de stage.
 
4- Vos suggestions sur le master, l'IDEST ou le réseau d'anciens :
Principalement, maintenir le contact avec les "anciens" et pourquoi pas que des articles puissent être réalisés de manière régulière par les étudiants du master, non seulement dans le domaine spatial, mais également dans le domaine des communications électroniques (qui, à mon sens, n'apparaissent pas assez sur le site de l'IDEST)
 
5- Votre meilleur souvenir lié au master :
J'ai plusieurs excellents souvenirs sur la promotion du master dans son ensemble et sur chacun d'entre nous. Beaucoup sont devenus des amis et des collègues.
 

 

Isabelle Arnold (Promotion Orange), Agence Spatiale Allemande - DLR

 
1- Votre fonction / métier aujourd'hui :
Je travaille à l'Agence Spatiale Allemande (Deutsches Zentrum für Luft- und Raumfahrt, Deutsche Raumfahrt Agentur), Bonn, Allemagne au département pour les affaires ESA..
 
2- Votre parcours depuis le master :
Je travaille à l'Agence depuis un peu plus d'un an et demi. J'ai commencé dans le service juridique pour une période de 6 mois correspondant à mon stage de fin d´études puis j'ai été employée en CDD d'un an dans le même service.

J'ai ensuite eu la possibilité d'évoluer en interne et je viens juste (décembre 2008) de prendre mes fonctions dans le service pour les affaires ESA.

 
3- Ce que le master vous a apporté :
Le gros avantage que le master m'a apporté est une connaissance appronfondie du secteur spatial (Acteurs, activités, enjeux, financement), ce qui m'a permis d'être tout de suite opérationnelle dans mon travail. Les connaissances transversales apportées nous confèrent une grande crédibilité et nous permettent d'intégrer des secteurs très variés, non seulement en termes d'activités mais également dans les fonctions exercées. Par ailleurs, cette grande diversité permet de créer un réseau très utile, que ce soit intra ou interpromo, ce qui rend possible des échanges même une fois le master terminé.
 
4- Vos suggestions sur le master, l'IDEST ou le réseau d'anciens :
Je pense que le master et en particulier l'IDEST arrivent très bien à exploiter les avantages du réseau et on remarque bien que le master n'est finalement qu'une étape. Les relations qui s´établissent sont entretenues avec soin et les informations continuent de circuler très librement. Je pense en particulier au Directeur du Master M. Ph. Achilleas, qui se manifeste très régulièrement et nous fait part des actualités dans le domaine, des offres d'emplois et des colloques organisés. Je conseille à l'IDEST de soutenir son réseau international, notamment par le biais des étudiants qui se sont établis à l'étranger, afin d'accroitre sa crédibilité et de créer un réseau réellement international.
 
5- Vos souhaits et vos perspectives professionnelles aujourd'hui :
Ayant tout juste changé de poste, mes souhaits viennent de se réaliser !
 
6- Votre meilleur souvenir lié au master :
La visite du Palais de la découverte pendant les vacances de Noel…
 

Pauline Lebousse (Promotion CNES), Cabinet Hogan & Hartson MNP

1- Quelle est votre fonction ou votre métier aujourd'hui ? Et où exercez vous ?

Je suis avocate au barreau de Paris et j’exerce au sein du département Télécommunications, Médias, Technologie du Cabinet Hogan & Hartson MNP. J’interviens principalement sur les aspects réglementaires et concurrence dans le secteur des télécommunications, des médias et des activités spatiales.

 

2- Quel a été votre parcours depuis le master, votre évolution ?
Après le master, j’ai fait un DEA de droit communautaire et européen à Paris 1 Sorbonne. J’ai, par la suite, effectué un stage de 7 mois au sein de l’unité « Politique Spatiale » de la Commission européenne à Bruxelles. Je suis tout particulièrement intéressée par les aspects juridiques et institutionnels de la politique spatiale européenne, notamment depuis le stage que j’ai effectué au cours du master au sein du Département Espace du Ministère de la Recherche et le mémoire que j’ai rédigé sur ces questions sous la direction de Marco Ferrazani.

Désirant poursuivre mon expérience internationale, je suis ensuite partie à Londres où j’ai travaillé pendant deux ans au sein de la UK Civil Aviation Authority en tant que chargé des affaires européennes au sein du département en charge de la protection des consommateurs.

A mon retour d’Angleterre, j’ai fait l’école d’avocat de Versailles. Dans le cadre de la formation, j’ai effectué un stage de 7 mois au sein du département juridique de l’opérateur européen de télécommunications par satellite Eutelsat et j’ai ensuite fait mon stage en cabinet au sein du département TMT d’Hogan & Hartson. J’ai eu la chance de travailler avec des professionnels brillants et dotés de réelles qualités humaines, sur des dossiers diversifiés et internationaux. En octobre dernier, j’ai signé mon premier contrat de collaboration chez Hogan & Hartson.

 

3- Qu'est ce que le master vous a apporté, en quoi vous a-t-il préparé à votre travail actuel?
Le master m’a permis de rencontrer des professionnels comme Marco Ferrazani, Directeur au département juridique de l'ESA, ou encore Philippe Clerc, actuellement Directeur du service juridique du CNES, sans oublier Philippe Achilleas bien sûr, qui m’ont conseillé et guidé dans mes choix professionnels. Le master m’a également apporté une vision transversale des secteurs des télécommunications et des activités spatiales, vision essentielle à tout praticien du droit spécialisé dans ces domaines. Les enseignements techniques et économiques reçus dans le cadre du master me servent au quotidien dans ma pratique actuelle. Je travaille en effet en ce moment sur plusieurs projets pour des autorités de régulation internationales concernant des analyses de marché dans le secteur des communications électroniques ou en matière de régulation du spectre.

4- Avez-vous des suggestions, des conseils sur ce que le master, ou l'IDEST pourrait faire? Ou sur ce que vous aimeriez que le réseau d'anciens fasse?

Je pense qu’il est essentiel de rester en contact avec les professionnels et les étudiants rencontrés dans le cadre du master. Les tables rondes organisées par l’IDEST sont à titre notamment des événements qu’il est nécessaire de poursuivre.

5- Quel est votre meilleur souvenir lié au master?

Avec plusieurs autres étudiants du master, j’ai eu la chance de bénéficier d’une bourse de l’ESA pour effectuer un séjour d’une semaine à Kourou. La visite des installations du centre spatial, la randonnée au sein de la forêt équatoriale et les festivités du carnaval sont des souvenirs inoubliables.

 


 

Julia Kerscaven (Promotion ARCEP), Dassault-Aviation

1- Quelle est votre fonction ou votre métier aujourd'hui? Et où exercez vous?
Suite à mon stage au GIFAS, j'ai été recrutée directement par Dassault-Aviation au sein de l'équipe Export Control.

2- Quel a été votre parcours depuis le master, votre évolution?
Sortant de la Promo 2005/06 ARCEP, j'ai débuté en octobre 2006. J'occupe le même poste depuis, mais c'est la fonction et le cadre même de la matière qui a évolué chez nous. Je continue d'apprendre chaque jour, mais le challenge c'est de mener des projets à plus ou moins long termes à leur réalisation.

3- Qu'est ce que le master vous a apporté, en quoi vous a-t-il préparé à votre travail actuel?
Notre Master m'a permis d'avoir cette approche très concrète de l'entreprise grâce aux cours dispensés par des professionnels reconnus. Se rendre également au sein des sociétés pour recevoir les cours est une des dynamique du Master.
L'une des clés de notre Master est bien entendu son Directeur M. Achilléas, très dynamique il nous a fait vivre à 100% le milieu spatial et télécom.

4- Avez-vous des suggestions, des conseils sur ce que le master, ou l'IDEST pourrai faire? Ou sur ce que vous aimeriez que le réseau d'anciens fasse?
En tant que membre de l'IDEST le meilleur moyen d'agir pour le réseau des anciens est de s'engager.

5- Quels sont vos souhaits et vos perspectives professionnelles aujourd'hui?
A présent je souhaite partir à l'étranger pour découvrir une façon différente de travailler et de vivre l'entreprise autrement.

6- Quel est votre meilleur souvenir lié au master?
Mes meilleurs souvenirs auront été de participer au cours d'été de l'ECSL-ESA, le voyage à Genève ou bien d'être reçu chez EADS dans le 16ème ou rue de la Boétie chez ALCATEL.